Au commencement, il y avait les Grenouilles Rousses

 

ArtPhotoNature

   Nous voici partis à quelques heures de la maison. Pourquoi autant de temps? 

 

   C'est que la route passe par toutes sortes de petits villages... Finalement, nous arrivons dans cette grande forêt   

    de plusieurs milliers d'hectares.

 

                                                     Le temps est gris, humide... un temps aux grenouilles rousses!

   Nous commençons à chercher sur les lieux de ponte que nous connaissons. Sentier après sentier, fossé après fossé, toujours rien!

 

   Une habitude nous fait nous arrêter au bord de la route, et enfin, une trace de leurs présences: quelques pontes! Mais aucun  animal dans le secteur...

   Sans nous décourager, nous allons sur un autre site où l'année précédente les fossés ont été drainés, les algues s'y sont installées. Mais j'ai la chance de connaitre un peu plus ce terrain et de ne pas m'arrêter aux premiers aspects de celui-ci!

 

   Nous nous enfonçons de quelques dizaines de mètres en forêt où je sais qu'une très grande ornière cachée peut abriter nos grenouilles.

   Cela fait 2 ans que je ne les avais pas revues, un grand plaisir de les rencontrer à nouveau, surtout quand on connait la difficulté de les croiser dans notre région.

 

   Pourquoi si dures à voir?

Une question de biotope, de températures ( hé oui, ça reste toujours le mois de janvier!), mais aussi de sites de pontes.

 

   Le site est gorgé d'eau, heureusement pas de vent,  il fait près de 8°

 

   Mon manteau me sert de tapis de sol, je me retrouve donc sur un coussin flottant devant ces grenouilles insaisissables.

L'humidité rentre par le bas du pantalon et finit par gagner tout mon corps, mais je ne sens rien, submergé par tant de beauté chez ces petites grenouilles.

Quand je vois cette petite étendue d'eau, si peu profonde, les questions me frappent.

 

Jusqu'à quand va-t-elle abriter nos grenouilles et leurs progénitures? 

Y aura-t-il une vague de froid?

L'année prochaine, y aura-t-il encore cet espace pour elles?

   Impuissants devant cette fragilité du biotope et de tant d'autres facteurs dont dépend leur  survie, nous partons discrètement comme nous sommes arrivés.

 

   Heureux de cette rencontre, mais inquiets quelque part au fond de nous, car nous connaissons les dangers quelles peuvent rencontrer.