ArtPhotoNature

Marin d'Eau douce

Pourquoi ce titre? Tout simplement parce je débute dans la photo subaquatique. L'envie m'est venue en côtoyant tous ces animaux dans mon quotidien, en voyant les limites que j'ai sur terre et en voulant approfondir mes connaissances. Difficulté supplémentaire, je suis dans une région où pour trouver de l'eau suffisant claire et profonde c'est assez compliqué pour les amphibiens et autres petites bêtes de nos mares.
Les premiers amphibiens à commencer leur reproduction sont en général les grenouilles rousses

Le début de leur reproduction peut commencer  à partir de janvier et s'étaler jusqu'en mars.

Dans l'intimité des grenouilles rousses.

De plus en plus,  il arrive de croiser des larves de salamandre à cette période. En effet, lorsque les températures sont clémentes les femelles viennent mettre bas.

La période clémente vaut aussi pour d'autres espèces... Certains crapauds émergent  plus tôt et on les observe en même temps que les grenouilles rousses courant février.

Les images dépendent vraiment de la qualité de l'eau.

Les journées clémentes d'hiver sont aussi favorables à l'observation des tritons palmés.

Dès le mois de février,il est possible d'observer les premiers mâles de grenouille agile dans l'eau, certains en profitent pour faire peau neuve.

Pendant que d'autres attendent patiemment...

Pendant le confinement, les Grenouilles agiles se sont reproduites. Les œufs sont une bonne source d'alimentation pour les Tritons palmés.

En avril, il reste encore des crapauds dans l'eau et de nouveaux arrivants font leur apparition.

Les premières grenouilles vertes & co. font leur apparition.

D'autres tritons commencent à sortir, comme cette femelle de Triton alpestre.

Ma présence dans la mare attire les curieux.

Avril c'est aussi l'occasion de changer de milieux et de croiser d'autres types de bestioles sympas.

Dans certaines zones, il n'est pas rare de croiser la Cistude d'Europe, mais sous l'eau c'est une première fois pour moi.

Jeune cistude à peine née et déjà autonome dans l'eau.

"Survoler" les tortues ça fait vraiment bizarre.

Pourtant habitué aux serpents, c'est la première fois pour moi que je peux observer une Couleuvre vipérine sous l'eau et surtout à sa hauteur. Il faut parfois savoir changer d'angle de vue.

Ce changement de conditions d'observation révèle toutes possibilités  d'observer une espèce parfois commune et d'en découvrir des subtilités que l'on ne verra pas sur terre.

Un dernier tête à tête avant de disparaître.

Il n'y a pas que les reptiles et les amphibiens sous l'eau, heureusement...

Les écrevisses américaines sont désormais partout et dans tous les milieux.

Mais aussi par des larves d'arthropodes.

Les goujons se font de plus en plus rares dans nos rivières.

Une Loche de rivière tente de jouer avec son mimétisme pour passer inaperçue.

Une Truite fario en embuscade dans son habitat naturel.

Retour aux sources... En effet à la base, je cours plus après les amphibiens,, voici ma première image de Sonneur à ventre jaune réalisée dans une flaque d'eau boueuse en forêt, très difficile à réaliser, va falloir trouver un milieu plus limpide quand même....

De temps en temps, il faut essayer de réaliser quelques extras, surtout quand le milieu s'y prête en montagne, avec ce Calotriton des Pyrénées, perso, je préfère l'ancien nom d'Euprocte des Pyrénées.

Le Calotriton des Pyrénées et le Tricoptère.

Voilà pour l'instant mes premiers essais en Eau douce, en espérant pouvoir en publier plus et de meilleure qualité en 2021.  A suivre...